Le purificateur d’air

 

Maintenant que toutes nos voitures sont hermétiques et que la climatisation n’est plus une option, on n’ouvre plus beaucoup nos fenêtres et on croit qu’on est à l’abri de la pollution extérieure lorsqu’on roule en ville ou qu’on est coincé dans les bouchons.

C’est tout le contraire ! Les résultats d'une enquête menée par l'ASEF (Association Santé Environnement France) à Paris, Marseille et Grenoble sont sans appel : l'air respiré à l'intérieur de l'habitacle d'un véhicule présente un degré de pollution plus élevé qu'à l'extérieur.

 

Un cocktail toxique

 

L’habitacle d’un véhicule est un lieu confiné où l’on respire un air chargé de polluants qui s’accumulent et dont le taux peut être jusqu’à quatre fois plus élevé que l’air extérieur. Le conducteur et ses passagers sont exposés à des bactéries, des gaz irritants (monoxyde de carbone, dioxyde d'azote, benzène et de soufre), ainsi que des particules fines, liées aux poussières industrielles, urbaines ou au trafic routier. Le tout, à des taux jugés dangereux pour la santé.

Ajoutez à cela toute les impuretés liées au véhicule et ses passagers : poussières, bactéries, pollens, moisissures, fumées, vapeurs chimiques et autres allergènes… N’en jetez plus, on étouffe !

Quand vous doublez un cycliste - ou plutôt quand un cycliste vous double, comme c’est souvent le cas dans les grandes villes – ne vous moquez pas de lui car c’est bien vous qui vous intoxiquez le plus.

Donc sans s’en rendre compte, un automobiliste inhale sa dose de poison à chaque fois qu’il passe du temps dans sa voiture.

 

La solution : le purificateur d’air

 

Le purificateur d’air qu’on trouve dans le commerce est un tout petit objet qui fonctionne avec l’allume-cigare. Il n’y a rien à faire d’autre que le brancher et son action est immédiate. Il élimine aussi bien les pollutions perceptibles comme la fumée ou les mauvaises odeurs, que toutes ces particules insidieuses comme les bactéries, les virus, les particules fines, les poussières microscopiques, bref, tout ce qu’on inhale sans s’en rendre compte.

 

 

Le principe du purificateur d’air

 

Le purificateur d’air de voiture libère une grande quantité d’ions négatifs. Ces derniers, naturellement présents dans la nature, sont produits par le rayonnement solaire, les mouvements de l’eau, les éclairs... Grâce à leur charge négative, ils attirent les particules nocives en suspension dans l’air qui, elles, sont chargées positivement.

Les ions négatifs ainsi libérés par le purificateur d’air se lient aux ions positifs et les neutralisent en les faisant en quelque sorte tomber car trop lourds. Les particules nocives sont ainsi anéanties et ne présentent plus de désagrément.

 

Des enjeux pour la santé mais pas que

 

Il est facile à comprendre que tout automobiliste est exposé à la pollution et même à haute dose pour les personnes dont le métier implique une utilisation plus intense comme les routiers, livreurs, commerciaux… Il est tout aussi évident qu’un métabolisme sans cesse agressé, même si l’on n’en est pas conscient, est fragilisé et plus exposé à la fatigue.

Mais il faut aussi prendre en compte les effets collatéraux qui impliquent la sécurité routière. En effet, un air pollué encrassera la partie intérieure de votre pare-brise et il sera plus difficile de le désembuer et de le dégraisser, impactant donc la visibilité.

Et concernant la sécurité, il y a même eu des études prouvant qu’« un éternuement au volant à une vitesse de 80 km/h équivaut à parcourir à l'aveugle une distance de 25 mètres. » ! Nez sensibles, attention !

 

 

Tous les résultats des études et mesures sont sans appel et, pour remédier à toutes ces nuances, il suffit d’avoir toujours dans sa voiture un purificateur d’air.

JE VEUX M'EN PROCURER UN

Cliquer sur l'image


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés